jeudi 20 juin 2019

Le grand saut




"La femme" et "L'homme" - Série Parchemin - Iso Bastier 




Le grand saut


Vivre au bord de l'existence
Au bord du précipice
N'avoir aucune distance
Être collé à la lice

Lever les yeux au ciel
Pour ne pas regarder en bas
Croire au providentiel
Ne pas baisser les bras

Sentir l'attrait du vide
L'aspiration vers l'inconnu
Voir la surface qui se ride
Considérer d'autres issues

Souffler dans le vent
Maintenir l'équilibre
Faire un pas en avant
Se sentir enfin libre

D'avancer sans béquille
De franchir la frontière
Pour se sentir tranquille
Sans retour en arrière

Vivre au bord de l'existence
Revêtu d'une simple peau
Apprendre la transcendance
Pour un jour faire le grand saut


Iso Bastier
20/06/19

mercredi 17 avril 2019

Le sentier



"La danse du soleil"- Acrylique - Iso Bastier 






Le sentier

Les pieds dans la terre rouge
Je suis le sentier de fleurs et d'ordures
Sans cesse le soleil bouge
Contre l'horizon de mer dure

La poussière et les libellules
Traversent la rivière d'herbe rêche
Où les bousiers font des bulles
De merde que le vent sèche

Les mains moites. Les joues rouges.
Je suis le sentier à l'écart des voitures
Même le soleil connaît des bouges
D'où il ressort en mauvaise posture

Au crépuscule, il se sauve
Alors je n'en vois pas la fin…
Le sentier devient mauve
Quand le ciel est carmin

Les Lucioles et les cigales
Traversent une rivière d'ombre
Où dorment les chiens et la gale
Avant que les étoiles soient en nombre

Épaules voûtées. Nuque basse.
Je suis le sentier attentive.
Moins la lumière l'embrasse
Plus baisse la perspective

La nuit s'abat violemment
Là, je ne suis plus certaine
Du sens de mes mouvements
Du parcours que j'égraine

Plancton et papillons de nuit
Traversent une rivière d'Opale
J'arriverai quand ce sera fini
Avec ou sans mes sandales

Les pieds dans la terre noire
J'avance à tâtons sur le sentier
Hormis cette pâle lune d'Ivoire
Tout semble avoir rapetissé

La poussière d'étoiles et les chouettes
Traversent ce bleu de Prusse
Qui connecte toutes les planètes
Créant des montagnes russes

À pieds joints dans l'univers
Je suis le sentier de mon cœur
L'instinct de la vie tend vers
Ce qui garantit le meilleur



Iso Bastier
17/03/19

lundi 8 avril 2019

Re


"Cyber Punk" - Collage et Encre - Iso Bastier 


Re

Repartir. Revenir.
Ralentir l'à venir.
Remonter le temps.

Repentir. Ressurgir.
Retentir d'avenir.
Retenter autant.

Rajeunir. Re rosir.
Refleurir. Rejaillir.
Ressusciter l'avant.

Ressentir et jouir.
Re sourire et rire.
Honorer le vivant.


Iso Bastier
8/04/19

vendredi 22 février 2019

Point



"La crique" - Huile - Iso Bastier 


Point

Il n'est point d'origine.
Qu'un éternel élan...
Mouvement qui se décline
Dans l'espace et le temps

Je vais revoir la côte
Érodée par ma vie
J'attendrai la marée haute
À marée basse je m'ennuie

Il est un point sublime
Où le soleil se pend
Pour que ses rayons ultimes
Traversent l'âme des gens

Tout n'est qu'un point de vue
Un conditionnement
Mouvements et imprévus
Nous lâchent dans le vent

Jamais de point final
Car le Verbe est éternel
J'irai me perdre jusqu'au canal
En repensant au goût du sel


Iso Bastier
22/02/19

jeudi 7 février 2019

Dans le vent









Dans le vent

Le vent siffle à mon oreille
Tel un gars de la rue
Du genre de ceux qui veillent
Sur l'esprit moins qu'à la tenue

Ça sent l'hiver humide
Le dégel malgré le froid
Les arbres sont frigides
Quand on les touche du doigt

Un ciel blanc de craie
Parcouru de merles sombres
Garde nos pensées au frais
Et en jette, vu le nombre

Sûr ! Les cimes sont lointaines
Les neiges éternelles fondent
Je boirai à leurs fontaines
Jusqu'à ce qu'elles nous inondent

Le vent gifle sans pareil
Tel l'ami qui t'a déçu
Les joues encore vermeilles
Et oui ! Tu t'assois dessus !

Ça sent un peu le roussi
L'ombre d'un automne tardif
Les feuilles finissent en bouillie
Le Crépuscule tel un récif

Un ciel noir de geai
Parcouru d'électricité
Garde nos rêves au frais
Pour l'espoir,  la félicité

Sûr ! C'est pas encore l’éden !
L'or tout feint, l'argent fuit
Mais la vie en vaut la peine
Je ne parle pas des nuits...


Iso Bastier
7/02/19


mardi 5 février 2019

Gilet Jaune



Gilet Jaune

Addict à la combustion
J'ai mis le feu à ma mission
Qu'importe les contributions !
Qu'importe les rétributions !

Pour la fin l'auto combustion
S'enfuir à l'incinération…
Qu'importe les permissions !
N'importe que la transmission !

J'ai mis le feu à la situation
Aux pompiers l'extinction
Qu'importe le blé de la nation !
Qu'importe pourvue la réaction !

Addict aux manifestations
Je flirte avec les infractions
Qu'importe le temps de la faction !
Qu'importe le fake ou la fiction !

Aux enfers la damnation !
Rien ébranle mes convictions
Qu'importe les condamnations !
Qu'importe l'administration !

La rage ignore la raison
La rue est devenue ma maison
Qu'importe orage et division !
Qu'importe les contradictions !

Je scande mon insatisfaction
J'exige de l'humanisation !
Qu'importe l'ordre ! L'or en fusion !
Tout ! Sauf ne rien remettre en question !



Iso Bastier
5/02/19

mercredi 12 décembre 2018

Parisien





Parisien


J'écoute chuter la pluie
Dans la belle Paris la nuit
Les feux sont enfin éteints
Le sommeil est un calme feint

Le Triomphe des monuments
Se tait, tagué à l'anarchie
L'Élysée est moins arrogant
Que ses sombres hiérarchies

J'écoute dégouliner la pluie
Comme autant de larmes subies
Par tous les rats de la capitale
Pris au piège de la rage hivernale

Car le Parisien est toujours méprisé
Par les élites, les banlieues, les provinces
Sa ville aux journaux télévisés
Est un symbole qui l'évince

Il coule comme la pluie
Anonyme entre les murs gris
Écrasé d'incompréhensions 
Victime au nom de la Nation


Iso Bastier 
12  12  2018